A WORLD OF DEBTS: THE GLOBAL POLITICS OF PUBLIC DEBTS FROM THE LATE EIGHTEENTH CENTURY Paris Workshop, 7-9 June 2016

TUESDAY 7 JUNE

 Room H 402 (28, rue des Saints-Pères – fourth floor)

 

13.15-14     Welcome & Introduction

14-15.30       Session 1: Local Dynamics and Global Perspectives

« The Local Politics of Public Debt: a Cross-Atlantic Perspective » (Noam Maggor & Stephen Sawyer).

« The State as a Debt Manager: Italy, 1945-1990 »  (Alexander Nützenadel)

« The Transnational and Imperial Dynamics of Financial Mobilization in the First World War » (Nicolas Delalande)

Discussant: Romain Huret (EHESS)

15.30-16       Coffee Break

16-17.30       Session 2: The Politics of Financial Sovereignty

« Latin America, Economic Development, and Imperial Competition » (Juan Flores Zendejas)

« Sovereignty and Capital: Public Debt in West Africa, 1871-1912 » (Leigh Gardner)

Discussant: Annick Lempérière (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

WEDNESDAY 8 JUNE

Room Jean Monnet (56, rue Jacob ; ground floor)

8.30                Breakfast

9-10.30           Session 3 : Public Debts in Words and Numbers

« The Words of Public Debt: A Political Repertoire » (N. Barreyre, N. Delalande, E. Peyrat)

« Public Debts in the Long Run: Statistics and Politics in the Making » (Eric Monnet & Adam Tooze)

10.30-11         Coffee Break

11-12.30      Cluster Brainstorming 

12.30-14         Lunch

14-15.30        Session 4 : Political Legitimacy and International Borrowing

« The Politics of Debt. Government Borrowing, Political Regimes and State Formation in Scandinavia, 1760-1830 » (Patrik Winton)

« The 2008 Financial Crisis and the Public Debt Problem in Global Perspective » (Adam Tooze)

Discussant: Jérôme Sgard (Sciences Po)

15.30-16         Coffee Break

16-17.30         Session 5 : Funding the State With or Without the Market

« State Power, Political Regimes and the Structuration of Public Debt in Germany from Weimar to the Postwar Period » (Stefanie Middendorf)

« From Regulated Debts to Financialization: India, France, and Argentina in Comparative Perspective » (Anush Kapadia & Benjamin Lemoine, by Skype)

Discussant: Mathieu Fulla (Sciences Po)

19.30               Dinner

THURSDAY 9 JUNE

Room Jean Monnet (56, rue Jacob – groundfloor)

8.30                Breakfast

9-10.30           Session 6 : Global Chains and Imperial Power

« Global Politics and Local Lives: France’s Capital Exports in the Nineteenth Century » (David Todd & Alexia Yates)

« European Capital in the Mediterranean: International Financial Controls, Sovereignty, and Imperialism in Egypt and Greece » (Malak Labib & Tassos Anastassiadis)

« To Tax or to Borrow? The Political Economy of Foreign Debt in the Ottoman Empire » (Coşkun Tuncer, by Skype)

Discussant: Jakob Vogel (Sciences Po)

10.30-11         Coffee Break

11-12.30         Session 7 : The Multiple Scales of Debt

« Foreign Capital, Regional Inequalities, and Political Instability in Late Qing China » (Dong Yan)

« A Communist World of Public Debt from 1917 to 1991: a Counter-Model? » (Kristy Ironside & Étienne Peyrat)

Discussant: David Priestland (Oxford University)

12.30-14         Lunch

14-15.30         Session 8: State Building and Financial Reform

« State Formation, Political Emancipation, and Financial Autonomy in Iraq and Syria from the Mandates to the Independences » (Matthieu Rey)

« How the IMF Did It — Sovereign Debt Restructuring Between 1970 and 1989 » (Jérôme Sgard)

Discussant: Mario Del Pero (Sciences Po)

15.30-16          Coffee Break

16-17.30         Session 9: States at War and Capital Mobilization

« Fiscal Absolutism in Turmoil: Remaking the French Rentes during the Revolution »  (Katia Béguin)

« The British Public Debt, the State, and Financial Capitalism, 1640-1830 » (D’Maris Coffman)

Discussant: Charles Walton (University of Warwick/IEA de Paris)

Information and registration: etienne.peyrat@sciencespo.fr

Un monde de dettes. Une histoire politique et globale de la dette publique aux XIXe et XXe siècles. Séminaire de travail 2015-2016

Séminaire coordonné par Nicolas Barreyre, Nicolas Delalande et Étienne Peyrat

Centre d’Histoire de Sciences Po / Centre d’Études Nord-Américaines (EHESS)

 

Vendredi 4 décembre 2015, 15h-17h

D’Maris Coffman (UCL), «The British Public Debt, the State, and Financial Capitalism (1640-1830) ».

Vendredi 11 décembre 2015, 15h-17h

Etienne Peyrat (Sciences Po) : « Les pays socialistes et la dette publique au 20e siècle : définitions et enjeux »

Vendredi 15 janvier 2016, 15h-17h

Juan Flores (Université de Genève), « On the Origins and Consequences of Latin America’s First Debt Crisis ».

Vendredi 22 janvier 2016, 15h-17h

Leigh Gardner (London School of Economics), « Colonialism or supersanctions? Managing sovereign risk in Sierra Leone and Liberia, 1871-1914 ».

Discutant : Matthieu Rey (Collège de France)

Vendredi 29 janvier 2016, 15h-17h

Alexander Nützenadel (Humboldt Universität), « The Political Economy of Public Debts. Lessons from Italy since the late 19th century ».

Mercredi 17 février 2016, 15h-17h

Benjamin Lemoine (CNRS), « The Politics of Public Debt Techniques. (Re)Inventing the Market for French Sovereign Bonds and Shaping the Public Debt Problem (1966‒2012) ».

Discutant : Anush Kapadia (City University London)

Vendredi 11 mars 2016, 15h-17h

Katia Béguin (EHESS), « La « routine usée » des emprunts : le système financier d’Ancien Régime entre ses réformes et la refonte révolutionnaire ».

 

Lieu :

  • Les séances de décembre auront lieu au bâtiment de l’EHESS, 105 boulevard Raspail : salle 12 pour le 4 décembre et salle 10 pour le 11 décembre.
  • Séances de 2016 : Les séances auront lieu en salle Jean Monnet, dans le bâtiment du Centre d’histoire de Sciences Po (56, rue Jacob), à l’exception de la séance du 17 février, qui se tiendra dans la salle de l’Ecole doctorale de Sciences Po (199 boulevard Saint-Germain).

Inscriptions préalables requises : etienne.peyrat@sciencespo.fr

New Book: Sovereign Debt and International Financial Control. The Middle East and the Balkans, 1870-1914

Capture d’écran 2015-10-26 à 17.44.25Ali Coşkun Tunçer, member of the World of Debts project, has just published a book on the history of sovereign debt in the Middle East and the Balkans. This book focuses on the dynamics of debt accumulation and the experience of defaults in the Ottoman Empire (1875), Egypt (1876), Greece (1893) and Serbia (1895). A.C. Tunçer highlights the international mechanisms of debt governance, by studying instruments of international financial control over these countries and their political impact.

Ali Coşkun Tunçer, membre du projet World of Debts, vient de publier un ouvrage sur l’histoire des dettes souveraines au Moyen-Orient et dans les Balkans. Son livre étudie les dynamiques de l’endettement et les expériences de banqueroute publique dans l’Empire ottoman (1875), en Egypte (1876), en Grèce (1893) et en Serbie (1895). A.C. Tunçer s’intéresse aux mécanismes internationaux de gouvernance de la dette et décrit en particulier les instruments du contrôle financier international sur ces Etats, ainsi que leur impact politique.

http://www.palgrave.com/page/detail/Sovereign-Debt-and-International-Financial-Control/?sf1=barcode&st1=9781137378538

Dette odieuse et continuité des dettes souveraines

A propos de : Odette Lienau, Rethinking Sovereign Debt. Politics, Reputation and Legitimacy in Modern Finance, Cambridge (Mass.)-Londres, Harvard University Press, 2014.

Rethinking Sovereign Debt

Peut-on envisager un « marché fonctionnel de la dette » décorrélé de l’application du principe de continuité des dettes souveraines ? Dans cet ouvrage, Odette Lienau examine les implications de cette question, en construisant un raisonnement théorique et historique sur les évolutions de ce principe au cours du XXe siècle. La continuité des dettes souveraines – l’idée qu’elles devraient être remboursées indépendamment des (r)évolutions politiques intérieures des Etats – n’a, à l’en croire, rien d’évident et résulte d’un processus historique qu’elle tente de retracer à partir de la fin de la Première Guerre mondiale. Cette prise de position distingue le travail de Lienau des positions défendues récemment par Michael Tomz, qui voyait dans la quête de la réputation la clef de voute du système international de l’endettement souverain depuis l’époque moderne1.

L’interprétation de Lienau repose sur une modélisation élégante qui retient deux paramètres principaux pour comprendre les variations de cette norme. D’une part, elle s’intéresse aux conceptions de la souveraineté et à la force de l’écran étatique dans la gestion des dettes. Dans une conception étatiste radicale, la dette apparaît en effet comme liée à un Etat, indépendamment de sa structure politique intérieure ou des bouleversements qu’il peut connaître. A l’inverse, une prise en compte de ces bouleversements intérieurs et des successions de régimes rend plus problématique l’acceptation de la continuité des dettes2. La seconde variable prise en compte est celle des relations entre créanciers. Des créanciers solidaires, interdépendants et partageant des conceptions morales ou économiques similaires sont susceptibles de présenter un front commun aux débiteurs, tandis que « dans les moments où les créanciers sont en compétition et se considèrent les uns les autres comme des risques, on peut s’attendre à ce que les normes de dette souveraine soient contestées plus fortement »3.

En 1927, le juriste et ancien fonctionnaire tsariste Alexander Sack publie à Paris Les effets des transformations des Etats sur leurs dettes publiques et autres obligations financières 4. Cet ouvrage est considéré comme le fondement doctrinal de la notion de dette odieuse, qui attaque directement l’idée de la continuité des dettes souveraines. Elle découle l’idée que la valeur des dettes dépend des autorités concrètes qui les contractent et des procédures mises en œuvre pour les contracter. Une dette contractée par une dictature ou, dans le cas d’un territoire colonial ou conquis, par une puissance tutélaire, pourrait faire l’objet d’une contestation après une révolution ou un processus d’indépendance. Le concept connaît un succès particulier au cours de la décolonisation, lorsque la dénonciation des dettes odieuses s’inscrit dans la revendication d’un nouvel ordre économique international5 . Pour la période contemporaine, son origine remonte à 1898, lorsque les États-Unis invoquèrent ce motif pour refuser de reprendre la dette espagnole attachée à Cuba6 . Ce sont cependant les années 1920 qui ouvrent une véritable réflexion sur le sujet, à travers plusieurs causes célèbres centrées sur la question de la continuité des dettes.

L’étude de ces affaires constitue la dimension la plus développée de l’ouvrage de Lienau, qui leur consacre de longs passages. Elle prend d’abord l’exemple du Costa Rica, où la chute en août 1919 de la dictature militaire du général Tinoco débouche sur une loi annulant les dettes consacrées pendant ses deux années et demie de pouvoir. Cette annulation donne lieu à un contentieux avec les Britanniques qui avaient accordé des prêts et reçu une concession pétrolière du régime militaire. En octobre 1923, l’arbitre Taft finit par donner raison au Costa Rica, en considérant que la continuité des dettes ne saurait être considérée comme automatique7. La seconde affaire étudiée, plus évidente encore, est celle de la répudiation soviétique de la dette tsariste. Bien qu’elle n’utilise pas de sources soviétiques, Lienau apporte cependant une interprétation fine et renouvelée. Elle souligne les ambiguïtés de la position soviétique, notamment dans le mémorandum remis en mai 1922 aux puissances occidentales: ils ne refusent pas de manière catégorique le remboursement des dettes tsaristes, mais exigent que la continuité ne soit pas considérée comme automatique et qu’une évaluation critique des dettes du tsarisme soit faite. Leur position est fondamentalement diplomatique et politique, puisque la dette apparaît comme un des facteurs du marchandage qui s’initie avec les États européens créanciers. Les négociateurs soviétiques proposent ainsi de mettre en balance ces dettes avec les dégâts causés par les Alliés en Russie lors de la guerre civile8.

Lienau fait ici intervenir le second paramètre de son modèle, en soulignant que les créanciers de l’entre-deux-guerres ne font pas front commun contre le mauvais payeur soviétique. Si Français et Britanniques boycottent le nouveau régime, les bolcheviks trouvent aux États-Unis des partenaires désireux de nouer des relations de crédit: pour plusieurs banques nouvelles, les prêts à l’URSS, souvent liés à des concessions industrielles octroyées à des compagnies américaines, représentent un moyen de damer le pion à l’establishment bancaire en conquérant un nouveau marché que la Nouvelle Politique Economique (NEP) rend attractif. La solidarité des financiers s’échoue contre ces stratégies privées et il faut une intervention du gouvernement américain pour limiter les crédits fournis par ces banques à l’URSS. Au moment où Sack publie son ouvrage, la discontinuité des dettes souveraines constitue donc à la fois une réalité empirique et une idée plutôt bien acceptée.

Dans un second temps, Odette Lienau s’efforce de dégager les facteurs qui expliquent le retour en grâce de l’idée de continuité, à partir des années 1970. Elle souligne deux éléments principaux. D’une part, le rôle joué par la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, intégrée au groupe Banque mondiale). En insistant sur sa neutralité politique au cours des premières décennies de la Guerre froide, elle renoue fortement avec l’idée que les dettes ne sont pas liées à des gouvernements mais à des États. D’autre part, les évolutions de la pratique bancaire et financière accentuent la solidarité entre les grandes banques internationales : Lienau accorde une attention particulière à la syndication de crédit, dont les effets se font sentir au cours des crises sud-américaines dans les années 1980. Elle rappelle par exemple que le rééchelonnement de la dette de l’Équateur, en 1983, implique 400 banques commerciales.

L’argumentation de l’ouvrage devient cependant moins claire en ce qui concerne la période la plus contemporaine9. Lienau considère que les années 1990 voient un retour de conceptions plus critiques de la continuité des dettes. Elle évoque l’impact de la désintermédiation et de la financiarisation des dettes souveraines, qui reproduirait des logiques de compétition entre créanciers. Elle insiste également sur l’invocation des droits de l’homme et la promotion de la démocratie, qui peut justifier l’annulation de créances lors de processus révolutionnaires. L’ouvrage reste cependant allusif sur ces points et ne trace guère de lien avec les crises européennes de la dette, où le concept sert à des mobilisations politiques10. Les zones d’ombre de l’ouvrage pour la période la plus récente sont bien résumées par une anecdote évoquée dans les dernières pages de l’ouvrage. A la fin de novembre 2004, le Club de Paris – réunissant les principaux créanciers étatiques  – décide d’annuler 80 % de la dette irakienne après le renversement du régime de Saddam Hussein. De dette odieuse, il n’est pourtant pas question dans l’accord signé, qui se contente de noter « la situation exceptionnelle de la République d’Irak »11. Cette situation renvoie au cœur des analyses faites par Lienau à propos des années 1920, mais en en déplaçant le sens: n’est-ce pas précisément parce que l’Irak s’abstient de recourir à une théorie subversive de la dette odieuse que les créanciers, dans un geste magnanime, acceptent de l’annuler ?

 

 

 

  1. Michael Tomz, Reputation and International Cooperation. Sovereign Debt Across Three Centuries, Princeton-Oxford, Princeton University Press, 2007.  []
  2. « As the second key element, shifts in broader norms of sovereignty in the international arena affect the [degree ; mot manquant dans le texte] to which we consider debt ideas plausible in international economic relations. A strictly statist framework of sovereignty dominant in the world at large will support a similar approach in the area of debt, whereas non-statist sovereignty norms might problematize the rule of continuity. » Lienau, p. 12.  []
  3. « I contend that the ways in which creditors are consolidated or competitive in their interactions and risk interpretations affect the degree to which non-statist approaches are accepted in sovereign debt. To the extent that creditors view each other as part of the same group and so have a consolidated interpretation of risk, a strictly statist insistence on continuity is likely to be dominant. In times when creditors are more competitive and they consider each other to be significant risks, sovereign debt norms should be subjected to greater contestation. » Lienau, pp. 11-12. []
  4. Paris, Sirey, 1927. []
  5. Yvonne Wong, Sovereign Finance and the Poverty of Nations. Odious Debt in International Law, Cheltenham-Northampton, Edward Elgar Publishing, 2012.  []
  6. Lienau, pp. 8-9. []
  7. Lienau, pp. 100-110 ; le Tinoco Case reste un texte fondateur du droit international, tant du point de vue du débat doctrinal sur la souveraineté que de celui de la protection des investissements internationaux : August Reinisch, « A History of the Doctrine of Odious Debts: Serving Individual/Bilateral or Community Interests? », in Ulrich Fastenrath et alii (dir.), From Bilateralism to Community Interest, Oxford-New York, Oxford University Press, 2011, p. 1227.  []
  8. Nikolaj Ljubimov, Balans vzaimnykh trebovanij Sojuza SSR i derzhav Soglasija, Moscou, Ekonomicheskaja Zhizn’, 1924. []
  9. Ce constat est partagé par Lauren M. Phillips dans sa recension pour la Review of Books de la LSE http://blogs.lse.ac.uk/lsereviewofbooks/2014/05/23/book-review-rethinking-sovereign-debt-politics-reputation-and-legitimacy-in-modern-finance-odette-lienau/  []
  10. Le concept de dette odieuse (apekhthes khreos) est fréquemment employé dans le débat grec. En juin, la présidente du Parlement grec, Zoe Konstantopoulou qualifiait la dette grecque « d’illégale (paranomo), odieuse et non viable ». http://www.naftemporiki.gr/story/968498/z-konstantopoulou-to-xreos-einai-paranomo-apexthes-kai-mi-biosimo  []
  11. Communiqué de presse du Club de Paris, 21 novembre 2004. http://www.clubdeparis.org/sections/communication/archives-2004/irak6017/downloadFile/PDF/CpIrak21nov04.pdf?nocache=1175506474.25  []

Recent publications

Barreyre_CouvLivreNicolas Barreyre, L’or et la liberté. Une histoire spatiale des Etats-Unis après la guerre de Sécession, Paris, Editions de l’EHESS, 2014 : http://editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/lor-et-la-liberte/

 

 

D’Maris Coffman, Adrian Leonard, Larry Neal (eds), Questioning Credible Commitment. Perspectives on the Rise of Financial Capitalism, Cambridge, Cambridge University Press, 2013 : http://www.cambridge.org/at/academic/subjects/economics/macroeconomics-and-monetary-economics/questioning-credible-commitment-perspectives-rise-financial-capitalism

Kristy Ironside, « Rubles for Victory. The Social Dynamics of State Fundraising on the Soviet Home Front », Kritika. Explorations in Russian and Eurasian History, 15-4, 2014 : http://muse.jhu.edu/login?auth=0&type=summary&url=/journals/kritika/v015/15.4.ironside.html

20821319Adam Tooze, The Deluge. America, the Great War and the Remaking of Global Order, 1916-1931, Viking, 2014. Recension in The Guardian: http://www.theguardian.com/books/2014/jun/01/the-deluge-the-great-war-remaking-global-order-review-bold-analysis-adam-tooze

What can we learn from the 1953 London debt agreement?

0,,16175245_303,00

The 1953 London debt agreement has become a critical issue in the European and international public sphere since the beginning of 2015, when Syriza came to power. But what do we really know about this agreement ? What was the context in which 50% of the German foreign debt was written down by its former creditors ? Here is a seminal piece written by sociologist Timothy Guinnane in 2006, in which he warned against the misunderstanding of the historical circumstances of the early 1950s.

http://www.econ.yale.edu/growth_pdf/cdp880.pdf

Conference « The Global Politics of Public Debts, from the Late Eighteenth Century » (June 11-12, 2015)

Capture d’écran 2015-06-04 à 16_25_12

Convened by Nicolas Barreyre (EHESS-CENA), Nicolas Delalande (Centre for History at Sciences Po) and Alexia Yates (CRASSH, University of Cambridge)

June 11-12, 2015

Centre for History and Economics, Cambridge (UK)

Venue: The Parlour, First Court, Magdalene College, University of Cambridge

http://www.magd.cam.ac.uk/uploads/Maps_Layouts/CollegeMapfullsize.jpg

 

Note: names followed by * indicate participants who will send a paper but will not be able to be present during discussions.

 

June 11, 2015

 9:30-10am: Welcome / coffee

 10-11am: Introduction—Questions, Approaches, Objectives

  • Alexia Yates, Nicolas Delalande, Nicolas Barreyre

11am-12:45pm: Public Credit and Political Regimes

Discussant: Pedro Ramos Pinto (University of Cambridge)

Discussion on the papers by:

  • Patrik Winton (Uppsala Universitet). “Global Capital in Scandinavia: The Political Economy of Government Borrowing in Denmark and Sweden, 1760-1815”
  • Katia Béguin* (EHESS). “A New Regime for the French Public Debt? The Deterrent Effect of the Past and the English Model” (cancelled)
  • Stefanie Middendorf (Martin-Luther-Universität, Halle-Wittenberg). “State Effects: The Public Debt and the Change of Political Regimes in Germany, 1918-1938”
  • Matthieu Rey (Collège de France). “Debts and Taxation: Building Economic Sovereignty in Iraq and Syria (1946-1952)”

1-2pm: lunch

2-3:45pm: Debt, Money, and Taxation

Discussant: Martin Daunton (University of Cambridge)

Discussion on the papers by:

  • Stephen Sawyer (American University of Paris). “Make Money Not War: Taxation and Debt in the Fiscal Revolution of the 1870s”
  • Alexander Nützenadel* (Humboldt Universität). “The Road to Indebtedness? Fiscal Policy and Debt Management in Italy from the Nineteenth Century”
  • Anush Kapadia (City University London). “India’s Fiscal-Monetary Machine: Construction and Overheating, c. 1966-1991”
  • Éric Monnet (Banque de France). “Blurring the Lines between Monetary and Fiscal Financing of Public Debt after World War II: The French Case in European Perspective”

3:45-4:15pm: coffee break

4:15-6pm: Financial Citizenship and Domestic Debts

Discussant: Adam Tooze (Yale University)

Discussion on the papers by:

  • Alexia Yates (University of Cambridge). “Reason and Imagination: The Lottery Bond and the Culture of Public Debt in Nineteenth-Century France”
  • Noam Maggor (Tel Aviv University / University of Pennsylvania). “Austerity, Democracy, and the Subnational Politics of Market Integration in the United States (Late Nineteenth Century)”
  • Juan Flores* (Université de Genève). “Latin America’s Domestic Debt Markets in the Late Nineteenth Century: A Missed Opportunity?”
  • Kristy Ironside (Higher School of Economics, Moscow). “‘Compulsory-Voluntary’: Soviet State Bonds and the Boundary Between Taxes and Investments”

7pm: Dinner for Participants

 

June 12, 2015

9-10:45am: International Lending and Contested Sovereignties

Discussant: David Todd (King’s College London)

Discussion on the papers by:

  • Ali Coskun Tuncer (UCL). “‘Sultan’s Wisdom’: Debt, Default and Control in the Ottoman Empire, 1854-1914”
  • Malak Labib (Aix-Marseille Université). “Redefining the Public Realm: Debt Restructuring, ‘Political Reform’ and Imperial Expansion in Egypt (1875-1882)”
  • Anastassios Anastassiadis (McGill University). “The (Un)Bearable Lightness of Limited Sovereignty? Debt, International Control and State Formation in Greece, 1857-1927”
  • James T. Sparrow* (University of Chicago). “Sovereign Debt: The Mass Politics of Bretton Woods and American Extraterritorial Governance after World War II”

10:45-11:15am: coffee break

11:15am-1pm: The Political Economy of Public Debts

Discussant: Duncan Needham (University of Cambridge)

Discussion on the papers by:

  • D’Maris Coffman (University College London). “Who Really Paid and Why? Revisiting the Thorny Question of the Economic Incidence of Excise Taxation in Seventeenth- and Eighteenth-Century Britain”
  • Dong Yan (UCLA). “Chinese Public Credit, 1870-1910: Effects on Regional and Social Inequality”
  • Adam Tooze (Yale University). “Politics in a Time of Debt: Affluence and Deficits in the West, 1970-2014”
  • Benjamin Lemoine* (CNRS). “How the State Became a Regular Borrower: The Treasury and the Commodification of French Sovereign Bonds (1960-2012)”

1-2pm: lunch

2-4:30pm: Conclusion: Collective Discussion on Our Collaborative Work and Book Project

Final discussion amongst participants will be held in CRIPPS 3, Magdalene College:

http://conference.magd.cam.ac.uk/find-us

 

With the support of:

  • “Emergences” Program, City of Paris
  • Centre for History and Economics, University of Cambridge
  • Labex TEPSIS
  • Mondes Américains (EHESS-CNRS)
  • Trevelyan Fund, History Department, University of Cambridge
  • Economic History Society